Il était une fois: coordonner les forces autour d'un projet

L'opération est un succès car...

  • le projet est réalisé
  • l'enthousiasme l'emporte sur la tâche
  • chacun a l'énergie de rebondir ensuite
  • le groupe a embarqué dans la même histoire
  • les souvenirs feront le reste

 

De seul à ensemble : se mobiliser collectivement autour d'un projet

L'opération est un succès car...

  • le projet a suscité l'envie et une dynamique
  • chacun a trouvé des terrains sur lesquels s'engager
  • la coopération et les pratiques créatives se sont renforcées
  • l'équipe a trouvé les moyens d'aller plus loin par elle-même
  • la gouvernance a évolué vers plus de flexibilité des pouvoirs

 

De seul à ensemble : adopter de nouvelles pratiques managériales

L'opération est un succès car...

  • chacun se sent entendu dans ses enjeux, envies et appréhensions
  • le "comment faire pour", tire partie de la diversité 
  • la co-construction entraîne la coopération
  • se parler change bien des choses
  • la routine deviendrait presque un souvenir

 

D'aujourd'hui à demain: être résolument tourné vers l'avenir

L'opération est un succès car elle permet de...

 

... provoquer plus d'idées et d'occasions

    «L’œuvre d'art est une idée qu'on exagère» .................................................. Henry Ford

 

... rebondir quelles que soient les circonstances

    «Quand je n'ai plus de rouge, je mets du bleu» .................................................. Pablo Picasso

 

... se montrer à la fois tenace et souple

    «On ne représente pas l'infini, on le produit» .................................................. Yves Klein

 

... oser

    «Innovation, toujours dangereuse» .................................................. Gustave Flaubert

 

... entretenir un état d'esprit vers la nouveauté

    «La vraie nouveauté, c'est ce qui ne vieillit pas malgré le temps» .................................................. Muriel Barbery

Pour mémoire...

«Lorsqu'on demande à un sujet créatif comment il a fait telle chose, il se sent coupable parce qu'il ne l'a pas vraiment faite. Il a juste perçu quelque chose, qui est devenu évident ensuite. Cela s'explique par le fait qu'il est capable d'établir un rapport entre différentes expériences et de les synthétiser en un résultat nouveau. Et s'il y parvient, c'est soit parce qu'il a vécu d'avantage d'expériences que d'autres personnes, soit parce qu'il y a réfléchi de manière plus approfondie.»   Extrait d'une interview de Steve Jobs : “Steve Jobs: The Next Insanely Great Thing”, Wired magazine, janvier 1996